Make your own free website on Tripod.com

Isolation d'une bonne souche

Dans cette section, il sera décrit comment :

Isolation de mycélium saint (non-contaminé)

Lors de l'innoculation de spores sur une boîte de Pétri, à partir d'une empreinte, il peut arriver que cette dernière contienne quelques micro-organismes non-désirables, qui vont pousser avec le mycélium.

Il faut donc couper à l'aide du scalpel (dans des bonnes conditions d'hygiène et dans la boîte à inoculation) les bouts de mycélium que ne sont pas touché par la contamination et le transférer sur une boîte de Pétri vierge.

Attention :

En plusieurs étapes vous devriez pouvoire obtenir une souche de mycélium pure. Encore une remarque, essayez de ne propagez les souches qui ont l'aspect voulu (voire le paragraphe suivant.)

Il faut encore noter que si vous inoculez une boîte de Pétri avec une solution (de spores ou de mycélium) qui est contaminée, il sera beaucoup plus dure d'isoler du mycélium, voire même impossible. Quelques techniques sont décrite dans le 2ème livre de P. Stamets (p. 101).

Si après tous vos efforts, et en étant sûr que ce n'est pas vous qui apportez la contamination, vous ne parvenez pas à obtenir une souche non-contaminée, achetez-vous une nouvelle empreinte ... (voire adresses.)

Une fois débarassé de l'infection, vous pouvez sélectionez une bonne souche (voir ci-dessous)

Isolation d'une souche (sélection)

Introduction

Cela n'a pas été précisé dans la partie éléments de mycologie mais le shéma qui y est présenté ne représente ce qui se passe que pour deux spores. Dans la réalité ce sont des milliers de mariages entre spores qui ont lieu en même temps ... d'où l'apparition d'une foule de souche différente sur la boîte de Pétri, qui vont entrer en compétition.

Cette compétition entre souche va prendre la forme de secteur sur la boîte de Pétri :


Mycélium de psilocybe cubensis formant des secteur sur agar

Les cultivateurs ont remarqué de façon empirique que les souches les plus fertiles étaient celles dont l'apparence est la plus filendreuse enchevetrée (quart nort-ouest, ci-dessus). J'ai également constaté que le type filendreux linéaire (ci-contre) donnait également de très bons résultats pour le psilocybe cubensis (bien que l'image ci-contre soit du mycélium de psilocybe cyanescens).




Il faut donc retenir que le mycélium qui a l'aspect cottoneux ne doit pas être conservé ! Ceci n'est valable que lorsque on se trouve en présence de sectorisation, pour certaine espèces, le mycélium cottoneux est suffisant.

Pour vous faire une idée, essayez ceci :

La procédure

Après avoir lu ce qui précède, vous devinez facilement la procédure :
  1. Découpez un petit bout de mycélium au milieu (ou au bord extérieure, cad dans le sens du rayon) d'un secteur ayant l'aspect se rapprochant le plus du type linéaire enchevétré et le moins du type cotoneux.
  2. Mettez ce bout sur une boîte de Pétri vierge et laissez pousser jusqu'à l'apparition de secteur bien marqués.
  3. Répétez les étapes précédentes jusqu'à obtenir une souche de bon aspect (non-cotoneux) et ne formant plus de secteur
Bien evidemment ce qui précède doit se faire dans de bonnes conditions d'hygiène et dans la boîte à inoculation.

Pourquoi veut-on éviter que la souche ne sectorise ? Cela nous garantit que le mycélium ne perdra pas d'énergie en faisant la compétition avec une souche voisine lorsqu'il sera dans le seigle. De cette manière la quantité de champignons sera maximisée.

Je rappelle que si vous êtes intéressé uniquement dans la culture de psilocybe cubensis, l'obtention d'une souche unique sur agar n'est pas nécessaire, l'inoculation multispore liquide avec contrôle de non-contamination sur agar est largement suffisant. En effet le psilocybe cubensis est sans doute l'espèce la plus facile à apprivoiser. Même en présence de souche relativement peu fertile, vous n'aurez pas trop de problème à obtenir des champignons matures.