Make your own free website on Tripod.com

8. Inoculation du milieu de culture

Il faut maintenant introduire notre inoculum (constitué de spores libres, de spores/mycélium en solution ou morceau de agar envahit de mycélium), ce dernier étant libre de compétiteur, dans notre milieu de culture. Cette opération doit encore et toujours ce faire en milieu stérile de façon à ne pas introduire de compétiteurs dans le milieu de culture. De plus si vous allez procéder à l'inoculation à partir d'une solution que vous comptez réutiliser plusieurs fois il faut évidemment éviter de la souiller. C'est pour cela qu'un petit coup d'oeil à la partie parlant de l'hygiène ne vous fera pas de mal.


Inoculation de spores libres

Pour rappel cette technique est un peu dépassée et constitue un peu un gaspis de spores. De plus elle ne convient pas au milieu de type boulette.

En fait les manipulations sont identiques à celle de la préparation de spores en solution, à part que le bocal contient du seigle et non de l'eau ...

Inoculation de spores/mycélium en solution

Inoculation par un morceau de agar

Cette méthode n'est valable que pour le milieu de culture classique !.

Nous allons introduire un morceau de agar que nous aurons découpé au scalpel dans une boîte de Pétri.



Entretien

Il faut stocker les récipients inoculés dans un endroit propre et sombre où la température est la plus proche possible de 25 deg. C.

D'ici quelques jours (7 au maximum) vous devriez constatez l'apparition de zone blanche à l'intérieur de votre récipient (si ce dernier est transparent). Consultez le chapitre sur les infections pour être sur que vous avez à faire à du mycélium et uniquement du mycélium.

Pour le milieu de culture classique :

Pour le milieu de type boulettes :

Progressivement, le mycélium va envahir la totalité du seigle contenu dans le bocal. Assurez vous tout de même qu'il ne contienne aucune infections et seulement du mycélium sains. Si cela est le cas, vous pourrez passer à la suite des opération, à savoir :

Les sclerotia

Certaines espèces comme le psilocybe mexicana et le psilocybe tampaenensis ont l'intéressante propriété de former des sclerotia dans le milieu de culture après quelques mois passés dans la pénombre et à la température idéale.

Ces petites concrétions de mycélium forment de petits "space"-bonbons appelés Camote ou cosmic camote et sont une voies à suivre pour le mycologiste ayant réussi à passer le premier stade (parfois douloureux?) de la maîtrise du psilocybe cubensis.

Dans un registre moins psychédélique, le truffes contenues dans certains foies gras en sont un autre exemples.

Les manipulations

Classiques, sauf que le milieu de culture est laissé volontairement sur-incubé durant 2-4 mois.

La récolte

Après la durée de sur-incubation, les bocaux sont ouverts et les grains émiettés soigneusement de façon à en retirer les camotes.